2016/2017

Metteur en scène mais aussi conférencier national indépendant, Guillaume Peigné organise bénévolement tous les mois une visite de musée ou d’exposition dont les recettes sont intégralement reversées à la Compagnie Chocnosof pour la production de ses spectacles. Ainsi, par votre venue, vous encouragez directement la création théâtrale et  nous vous en remercions vivement !

Toutes les réservations se font par téléphone au : 01.40.82.92.17/ 06.87.02.71.99

Ou par mail à : contact@chocnosof.com

(La compagnie se réserve le droit d’annuler une visite en cas d’inscrits insuffisants)

Magritte, la trahison des images» au Centre Pompidou 
Jeudi 13 octobre à 16H30 

 

Affichage de  en cours...

Magritte est le peintre le plus populaire du surréalisme avec Dali, sans doute parce qu’il sut allier comme lui une technique irréprochable, un sens unique de la mise en scène et une bonne dose de mystère. C’est à l’étude de ce mystère que le Centre Pompidou vous convie, 36 ans après la mémorable rétrospective de 1979, par cette exposition très ambitieuse qui bénéficie de prêts exceptionnels et dont le sous-titre renvoie à la célèbre toile La trahison des images, plus communément appelée « Ceci n’est pas une pipe ». À travers différentes thématiques (le feu, les rideaux, les mots…), le parcours proposera une plongée unique dans l’univers si particulier du maître belge, qui questionna sans cesse la relation entre l’objet, le réel et le langage, au point de devenir un artiste indispensable, dans notre monde actuel saturé d’images.
 

FANTIN-LATOUR au musée du Luxembourg
Jeudi 17 novembre à 16h30

 

Affichage de  en cours...

Fantin-Latour n’a pas aujourd’hui la gloire qu’il mérite. Peut-être parce qu’il fut très proche des impressionnistes (notamment de Manet et Whistler) sans pour autant adopter leur style, si ce n’est dans ses célèbres portraits de groupe nous laissant une image immortelle de ses amis poètes, comme Baudelaire ou Verlaine. Réaliste dans ses sublimes natures mortes, dignes des virtuoses du siècle d’or hollandais, il devient symboliste dans ses compositions musicales et allégoriques, qui trahissent l’influence des Préraphaélites anglais. Malgré la diversité de sa palette, on devine chez Fantin-Latour une constante : sa volonté d’être l’un des peintres français les plus élégants de son temps, comme cherchera à le montrer cette exposition co-organisée par le musée d’Orsay et le musée de Grenoble, les deux institutions les plus riches en oeuvres du maître.

 

« L’oeil de BAUDELAIRE » au musée de la Vie romantique

 Jeudi 8 décembre à 15h30

 

Après l’hommage rendu récemment au « regaAffichage de  en cours...rd d’Apollinaire » à l’Orangerie, le musée de la Vie romantique consacre une exposition ambitieuse à l’un des plus grands passionnés d’art du XIXe siècle et l’un de ses plus fins critiques : Charles Baudelaire, à l’heure où l’on commémore les 150 ans de sa disparition. Regroupant une centaine d’oeuvres, le parcours évoquera tous les artistes majeurs pour celui qui sut définir et défendre L’Art romantique, titre d’un recueil de textes publié en 1852 : de Delacroix, dont il fut un farouche admirateur, à Corot, en passant par Ingres et Chassériau, Baudelaire a côtoyé et commenté tous les plus grands. Tandis qu’une section abordera la question de l’érotisme dans l’art, chère à l’auteur des Fleurs du mal, une autre insistera sur le théoricien de la modernité que faut aussi Baudelaire, en étudiant ses relations avec Manet ou Courbet, qui nous a laissé de lui un magistral portrait.

 

« Bazille, la jeunesse de l ‘impressionnisme » au Musée d Orsay

Samedi 28 janvier à14h30 

Tombé au champ d’honneur durant la guerre de 1870, Frédéric Bazille est le plus célèbre enfant perdu de l’impressionnisme. Ami intime de Monet et Renoir, adoubé par Manet qui plaça en lui de grands espoirs, il meurt à 28 ans en laissant derrière lui un ensemble des plus prometteurs : une soixantaine de tableaux emplis de cette fougue lumineuse et colorée qui caractérise la « Jeunesse de l’impressionnisme », comme le rappelle si joliment le sous-titre de cette exposition organisée par le musée d’Orsay en partenariat avec le musée de Montpellier, ville natale de l’artiste, qui conserve les plus importantes de ses toiles. Afin de mieux redonner à Bazille la place qui lui est due dans l’histoire de l’impressionnisme, cette première grande rétrospective fait dialoguer toutes ses plus belles peintures avec certains chefs-d’oeuvre de ses maîtres et contemporains, tels Delacroix, Manet ou encore Courbet et Cézanne.

« L’ esprit du Bauhaus »  au musée des Arts Décoratifs

Jeudi 2 février à 17h45

Affichage de  en cours...En regroupant plus de 900 oeuvres (meubles, textiles, peintures, luminaires…), le musée des Arts décoratifs rend au Bauhaus un hommage colossal, presque cinquante après la dernière exposition parisienne consacrée à ce qui fut la plus importante école de Design au monde. Fondé en 1919 à Weimar, le Bauhaus (« maison de construction ») revendique d’emblée un esprit nouveau, en prônant la synthèse des arts plastiques et l’alliance entre l’art et l’industrie. Sous la houlette de son premier directeur, Walter Gropius, l’école recrute des professeurs prestigieux comme Kandinsky, Klee ou encore Mies van der Rohe, son dernier directeur qui devra fermer en 1933 l’école délocalisée à Berlin, avant de devenir le plus célèbre architecte de Chicago. La dernière section de l’exposition montre l’influence du Bauhaus sur une cinquantaine de designers contemporains.

 

 

Visite du musée Delacroix et des fresques de Saint Sulpice

Jeudi 16 mars à15h30

 

saint sulpice delacroixAfin de se rapprocher de l’église Saint-Sulpice où il s’est vu confier la décoration d’une chapelle, Eugène Delacroix quitte en 1857 la rue Notre-Dame-de-Lorette pour s’installer rue de Furstemberg, dans une maison-atelier qui est devenue son musée. C’est à la découverte de cet endroit fascinant, petit havre de paix et lieu de création intense du chef de file de l’école romantique, que vous confie la Compagnie Chocnosof le Jeudi 16 mars à 15h30. Pour compléter la visite, notre guide Guillaume Peigné vous proposera d’aller comprendre et admirer les fresques de Saint-Sulpice qui, après un an de restauration, ont retrouvé toute leur splendeur originelle.

Visite de l’exposition PICASSO PRIMITIF 

Jeudi 20 avril à 17h30

Affiche_Picasso_Herbert_List_BD

À l’occasion du centenaire de la mort de Rodin, le Grand Palais propose une rétrospective colossale, confrontant tous les chefs-d’œuvre du maître, ainsi que certaines créations parfois méconnues, à un ensemble de sculptures de ses contemporains (Claudel, Brancusi, Picasso…) et des principaux artistes occidentaux qui, de Giacometti à Baselitz en passant par César, sont considérés comme des héritiers légi

Pour la première fois à Paris, une exposition aborde les relations entre Picasso et les Arts premiers, que l’on a longtemps qualifiés de « primitifs ». Il revenait au musée du quai Branly d’avoir l’honneur d’aborder ce sujet fascinant, sur lequel beaucoup de recherches récentes ont permis de corriger certains clichés, persistant parfois jusqu’après la mort du maître espagnol. Tout en rappelant comment Picasso eut accès aux arts d’Afrique, d’Océanie, d’Amérique et d’Asie (par le biais d’expositions, de musées ou de sa collection personnelle), l’exposition propose, à travers une série de thèmes, un face-à-face visuel montrant à quel point Picasso sut puiser à la source non-occidentale une inspiration plastique incroyablement puissante et féconde. A voir absolument !

Visite de l’exposition du centenaire  RODIN

JEUDI 4 MAI à 17h

 

affiche_rodin_ok

À l’occasion du centenaire de la mort de Rodin, le Grand Palais propose une rétrospective colossale, confrontant tous les chefs-d’œuvre du maître, ainsi que certaines créations parfois méconnues, à un ensemble de sculptures de ses contemporains (Claudel, Brancusi, Picasso…) et des principaux artistes occidentaux qui, de Giacometti à Baselitz en passant par César, sont considérés comme des héritiers légitimes de ce modeleur de génie, à qui l’on doit notamment Le Penseur ou Le Baiser. Une exposition exceptionnelle, tant par la qualité que par le nombre
d’œuvres présentées (près de 350 dont 200 de Rodin).

 

Visite des BUTTES CHAUMONT POUR LES 150 ANS DU PARC !

Jeudi 29 juin  à 15h00

 

pont-suspendu-buttes-chaumont

Venez découvrir la richesse du patrimoine historique du parc des Buttes-Chaumont et de ses alentours !
Afin de fêter l’arrivée de l’été et les 150 ans du parc des Buttes-Chaumont, la Compagnie Chocnosof vous propose une visite insolite de l’un des projets les plus audacieux et emblématiques du Second Empire, inauguré à l’occasion de l’Exposition Universelle de 1867. De l’église Saint-Jean-Baptiste de Belleville à l’église orthodoxe russe Saint-Serge de Radonège (deux injustes méconnues du patrimoine religieux parisien), le parcours nous mènera à travers l’ancien quartier des studios de cinéma et de télévision des Buttes-Chaumont jusqu’au cœur de ce jardin considéré comme l’une des plus belles réussites du Paris d’Haussmann. Un hommage à l’architecture antique qui côtoie le culte d’une nature cosmopolite et la modernité de Gustave Eiffel.